« L’essence des Arts Martiaux ne repose ni dans la force, ni dans la technique, mais gît au plus profond de chaque être humain, aussi dépourvu de capacités soit-il … »

ITO TENZEN TADANARI



mardi 13 décembre 2011

TAÏ-DO – La Voie du Corps
Déplacement, esquive, bien-être. Une philosophie ouverte à tous qui dépasse le simple cadre du tatami. Le taï-do retourne aux origines des arts martiaux.
La vie est un combat. Et c’est pour ce combat-là que le taï-do vous arme. Déçu par le tournant « compétition » pris par les arts martiaux, le professeur Robert Cassol a souhaité revenir aux fondamentaux. Pour rechercher non les trophées et les médailles mais l’équilibre. C’est en 1976 que ce Saint-Quentinois diplômé de judo, d’aïkido, de karaté et de jujitsu replonge l’art martial dans ses origines : sans vainqueur, sans perdant, sans catégories de poids… « Les gens travaillent pour eux-mêmes. Le taï-do (taï : corps et do : voie) est un peu comme une gamme d’outils qui servent à mieux appréhender des situations de conflits et à gagner en assurance. » Alors on y vient tel qu’on est : petit, gros, grand… Le fondateur compare le taï-do à l’écriture : « L’alphabet est le même pour tous, mais l’écriture de chacun est différente. » On l’écrit alors selon sa personnalité, sa morphologie. «  Les arts martiaux sont très codifiés. Or dans le taï-do, il y a une part de nous » par exemple « des femmes de 40-45 ans qui n’ont jamais fait de sport. Elles retrouvent la respiration, se lâchent… Ce qui importe, c’est qu’elles se sentent bien. »
Source : JDA Métropole. n°599 – 4 mai 2011

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire